Vous êtes ici

La vraie histoire du Titanic

Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  

titanic.jpg

Officiellement, le « Titanic » a été découvert par l’équipe américaine de Robert Ballard le 1er septembre 1985. Mais 7 ans avant la découverte officielle du Titanic, en 1978, l’épave était déjà située sur des cartes secrètes de la Royal Navy. Elle avait été repérée par un navire britannique. Nous étions alors en pleine guerre froide, et la zone où a sombré le transatlantique faisait partie du futur couloir de patrouille des submersibles stratégiques britanniques et américains. Un couloir qui part des côtes américaines et va du côté de Mourmansk. Mais la réalité est quelque peu différente.

Révélations.L’histoire était jolie, pimentée de la dose de mystère et de suspens nécessaire. Avec une happy end à l’américaine bien enlevée. Belle, mais fausse. Eté 1985 : l’équipe franco-américaine dirigée par Jean-Louis Michel, ingénieur à l’Ifremer, et le géologue Robert Ballard, du Woods Hole Institute ( Cape Cod, Etats-Unis ), patrouille depuis six semaines au sud de Terre-Neuve dans l’espoir de repérer l’épave du Titanic. Espoir jusque-là déçu. Le Suroît, navire océanographique de l’Ifremer, appelé à une autre mission, a dû quitter la zone. Les chercheurs sont réunis à bord du Knorr, le navire de l’organisme américain. Quand, le 1er septembre, au milieu de la nuit, l’engin sous-marin qui scrute le fond détecte la masse significative d’une chaudière. L’épave fantasmatique est enfin retrouvée.

Depuis des années, des passionnés prospectaient en vain à la recherche de ce paquebot mythique. Comme Jacky Grimm, un richissime aventurier texan déjà parti à la poursuite du monstre du loch Ness et du yéti, qui avait entrepris vers 1975 des recherches avec des moyens modernes, issus de la prospection pétrolière. Suite à ces échecs successifs, on avait fini par penser que le navire naufragé à l’extrémité du plateau des Grands Bancs au sud de Terre-Neuve, une zone sismique très active, avait été recouvert par des avalanches sous-marines.

 


C’était tout du moins la version officielle, raconte aujourd ‘hui Paul Henry Nargeolet.

Officier de marine et chef du département engins sous-marins du Groupe d’Intervention sous la mer, puis responsable du département des engins sous-marins à l’Ifremer, cet ancien plongeur-démineur est l’homme au monde qui connaît le mieux l’épave du Titanic. Il aura réalisé plus de trente plongées sur le transatlantique. Et l’histoire qu’il raconte aujourd’hui est bien loin de celle que les médias ont rapportée à l‘époque.

Première révélation

L’épave perdue ne l’était pas pour tout le monde. Elle fut en réalité localisée bien avant sa découverte officielle. En 1978, P.H. Nargeolet, un navire océanographique anglais avait détecté un grand bateau coupé en deux. Les Britanniques partageaient alors avec la marine américaine la prospection de la future zone de patrouille des sous-marins nucléaires. Pourquoi les Britanniques gardent-ils le secret ? Tout simplement parce que le Titanic était une planque idéale pour les sous-marins stratégiques. Une telle masse métallique peut en effet parasiter les moyens de détection ennemis.

Autre révélation 

Pendant la phase de préparation de la recherche, Robert Ballard connaissait ces renseignements et les cartes secrètes où figurait l’épave, affirme P.H. Nargeolet. J’en ai la preuve : un journaliste anglais m’a avoué qu’il lui avait donné des informations avant même de trouver le Titanic. Alors pourquoi toute cette mise en scène ? Un petit retour en arrière s’impose. Dans les années 70, le jeune géologue Robert Ballard rencontre Jean-Louis Michel, alors chercheur au Cnexo ( centre national d’exploitation des océans, futur Ifremer ) au cours de l’expédition océanographique Famous ( French Américan Mid Ocean Survey ). Dix ans plus tard, le scientifique américain développe pour le compte de la marine américaine un traîneau sous-marin doté de caméras vidéo. Jean-Louis Michel est, quant à lui, le concepteur d’un sonar remorqué Sar pouvant atteindre 6000 mètres de profondeur.

Robert Ballard a expliqué qu’il pourrait être intéressant de faire des essais communs sur le Titanic se souvient P.H. Nargeolet.

 

En réalité, Ballard a besoin de la caution de l’organisme scientifique français pour monter une expédition sur le paquebot et vendre les droits photographiques aux médias. Son système Argo ne pouvant prospecter une zone au milieu de l’Atlantique, s’adjoindre les services du Sar lui permet d’offrir des garanties de réussite. Un accord vite conclu, les prospections commencent en août 1985. Tous les renseignements disponibles indiquaient que l’épave se trouvait à l’ouest du 50° degré de longitude, raconte P.H. Nargeolet. Or, le Carpathia a récupéré les rescapés trois heures après le naufrage par 49° 53° ouest. Cette position sensiblement différente pouvait en partie se justifier par la présence du Gulf Stream. Mais les naufragés n’ont pas pu dériver d’une quinzaine de milles en trois heures. Les historiens ont cru à la position donnée par le Titanic, ce qui était une erreur.

Pourquoi cette différence ?

L’équipage du Titanic s’estimait plus à l’ouest, car il naviguait à l’estime depuis son dernier point de midi, soit depuis près de douze heure, alors qu’il venait de rentrer en plein dans le Gulf Stream. Or les différentes campagnes d’exploration menées dans la zone ont parfois rencontré des courants de 4 nœuds. L’équipe franco-américaine décide donc de prospecter à partir de la zone où ont été recueillis les naufragés. Le bateau de l’Ifremer, armé du Sar, programmé pour prospecter à 180 mètres du fond, doit couvrir les 85% de la zone où l’épave a le plus de chances de se trouver. En cas d’échec, il est prévu que le navire américain prenne le relais. En réalité, Robert Ballard s’est réservé la zone de l’épave.

Ironie de l’affaire

Lorsque l’expédition démarre, par la zone attribuée à l’Ifremer, le Sar repère à sa première descente une importante anomalie magnétique. Cette anomalie correspond ( on le saura plus tard ) au Titanic. Mais personne n’y croit sauf les deux ingénieurs du Leti ( Laboratoire d’électronique et de technologie d’instrumentation ) qui s’occupent du magnétomètre.

Sur le bateau, les autres ont pensé qu’il s’agissait d’un “rat bleu” , une incohérence technologique en langage de sous-marinier.

S’ils avaient cru au tracé magnétique, le Titanic aurait été trouvé dans la demi-heure suivante, reconnaît Paul Henri Nargeolet.

La campagne du Suroît se termine fin août sans que le sonar soit repassé aux abords de l’épave. Toute l’équipe de recherche embarque alors sur le Knorr, venu prendre la relève avec l’Argo.

L’Argo n’a rien avoir avec le Sar, précise Nargeolet. Dans un cas, il s’agit d’un sonar qui balaye une vaste zone, dans l’autre, d’une caméra au bout d’un fil, qui fait des “spaghettis” au fond : le chariot va où il veut. Dès que le bateau avance, il part en pendule à 500 mètres, et se balade de façon désorganisée.

Par chance, au moment où l’engin passe au-dessus d’une des chaudières, Jean-Louis Michel surveille l’écran vidéo. Il comprend aussitôt l’intérêt de la silhouette détectée par les caméras. Et identifie l’épave. Le scénario est alors bouclé : les Américains peuvent s’attribuer officiellement la découverte du Titanic. Pour que les médias ne soient pas pris au dépourvu, un journal anglais a reçu dès le vendredi l’annonce de la découverte “pressentie” pour la nuit du samedi au dimanche suivante ! Et un hélicoptère, lui aussi commandé la veille, est sur place le dimanche matin pour récupérer les photos…

Ballard savait que la prospection arrivait dans la bonne zone, sourit P.H. Nargeolet. Il était donc sûr de trouver l’épave, à quelques heures près…

A quelques heures près… Au moment où l’Argo repère la chaudière du Titanic, Robert Ballard dort. Du sommeil du juste…

Source : revue Sciences et Avenir– mai 2001 N°651

…………………………………………………………………….SOS…………………………………………………Save Our Souls……………fut la premiere utilisation d’un signal de detresse.Les faits : Le mercredi 10 avril 1912, le paquebot Titanic partait de Southampton vers New-York pour son voyage d’inauguration avec 2201 personnes à bord. Dimanche 14 avril, à 23h40, il frôlait un iceberg en plein Atlantique. Lundi 15 avril, à 3 heures du matin, il gisait au fond de l’océan. Le naufrage du siècle fit 1490 personnes disparus et 711 rescapés, qui furent ramener à bord du Carpathia sur New-York

Le naufrage du Titanic : et si c’était un complot ?

La « fièvre » Titanic brûle encore ! Car si le film de James Cameron a pulvérisé tous les records, les spectateurs du monde entier restent sur leur faim. En effet, le paquebot martyr, coulé par un iceberg dans la nuit du 14 au 15 avril 1912 au large de Terre-Neuve, est loin d’avoir livré tous ses secrets. On comprend les familles des victimes qui réclament la vérité. Toute la vérité.

Un livre, L’Enigme du Titanic, de Robin Gardiner et Dan Van Der Vat,  paru en 1998 chez Michel Lafon, dénonce les mystères et les dissimulations qui entourent le dossier. Et si ce n’était pas « seulement » un accident ? Et si quelqu’un avait eu intérêt à ce que le Titanic n’atteigne jamais New-York ? Et si… Et si… Le nom tout d’abord : Titanic sonnait dès le début comme un mauvais présage et inquiétait les membres de l’équipage. Dans la mythologie, les « Titans » désignaient des dieux déchus qui cherchaient à se venger de Zeus.
Jusqu’au numéro d’immatriculation 390 904, qui, habilement manuscrit et reflété dans un miroir, donnait « no pope », c’est-à-dire « à bas le pape »… D’autre part, les recherches des auteurs établissent que les deux missions d’enquêtes, l’une anglaise, l’autre américaine, ont été bâclées. On sait que le flanc du paquebot a été touché par l’iceberg, à 23h 40, le 14 avril 1912. Mais pourquoi n’a-t-on jamais parlé de la mystérieuse trouée, près de l’étrave, qui pourrait avoir été provoquée par une explosion ?

Plus troublant : on évoque la folle hypothèse que le Titanic aurait été remplacé par son jumeau, l’Olympic !

Explication : les différentes missions de plongées n’ont pu retrouver les numéros d’immatriculations à l’arrière. Et le géologue Robert Ballard, qui était le responsable, en 1986, de la mission qui a retrouvé l’épave mythique, n’a aperçut nulle part le nom du Titanic. Il a été en revanche surpris de constater que les agencements intérieurs ne correspondaient pas avec les plans du navire… Des plans qui ont justement disparu mystérieusement des bureaux de la compagnie maritime White Star Line ! Cette dernière a évité une condamnation pour négligence grave en payant certains témoins clés. Comme les deux hommes d’équipage qui étaient de quart lorsque le navire a heurté l’iceberg.

Alors, Titanic ou Olympic ? En arrière, toute… Juste après sa mise à flot inaugurale, l’Olympic avait fait une fausse manœuvre et cassé une pale d’hélice en percutant un croiseur de la Royal Navy ! les propriétaires n’avaient donc pu toucher la prime d’assurance, et le navire, mal réparé, dut rester à quai. On a aperçu les deux navires jumeaux côte à côte pour la dernière fois à Belfast, en mars 1912. Il était alors facile de permuter les numéros d’immatriculation, le linge, la vaisselle, l’argenterie et de faire embarquer les passagers dans ce navire à l’acier réputé « mauvais et cassant » comme de la fonte. Alors que l’autre, le Titanic, en excellent état, était pressenti pour établir le record de traversée de l’Atlantique et rafler le « ruban bleu », un prestigieux trophée convoité par tous les armateurs. Il suffisait de faire embarquer les gens à bord de l’Olympic, de créer au large une petite avarie- avec l’aide d’un iceberg ?- et de faire évacuer les passagers par des secours proches, pour toucher la prime d’assurance. Sans noyer personne. Hélas, le destin a choisi de frapper avant la zone où se trouvaient de nombreux navires…

Quelques questions qui font frémir !

  • Pourquoi a-t-on soutenu que le capitaine Smith était un as de la navigation ? Il était en réalité l’officier le plus mal noté, et ses accidents pour « excès de vitesse » égalaient à eux seuls ceux de tous les autres commandants de la compagnie !
  • Pourquoi Smith a-t-il dissimulé l’incendie qui a couvé- une semaine entière !- dans une soute à charbon, peu avant le départ ?
  • Pourquoi Smith a-t-il forcé l’allure du paquebot après avoir appris la présence des glaces dans les parages ?
  • Pourquoi les jumelles du guet, outil indispensable aux vigies pour prévenir les collisions, ont-elles disparu ?
  • Pourquoi y a-t-il eu cinquante-cinq annulations avant le départ, dont celle du principal propriétaire du navire, J.P Morgan ?
  • Pourquoi le navire Mount People ( à la cheminée jaune caractéristique ),qui était présent sur les lieux du drame, n’a-t-il pas porté secours aux naufragés ?

Petite Video de 11 Minutes pour vous faire rappeler ce qu’etait le Titanic

[flash http://www.youtube.com/v/bhV4WMzmoZ0]

89
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Reynald
Reynald
J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.
https://leblogdeletrange.fr/
Top