Vous êtes ici

Le boucher fou de Kingsbury Run

Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ravin nommé Kingsbury Run ressemble à une cicatrice sur le visage de Downtown Cleveland. Profond par endroits de 60 pieds, l’ancien lit du ruisseau est bordé de 30 paires de voies ferrées desservant les usines locales et les villes lointaines, transportant des marchandises vers Pittsburgh et Chicago entre autres.

Pendant la grande dépression, Kingsbury Run était aussi un lieu de prédilection pour les clochards et un terrain de jeu pour les enfants qui avaient du temps à tuer. À la fin des années 30, il est devenu le point central de l’un des plus fascinants mystères de meurtre d’Amérique, une affaire toujours non résolue aujourd’hui.

Les meurtres
Le 5 septembre 1934, un chasseur de bois flottant a trouvé la partie inférieure du torse d’une femme enterrée dans le sable à Euclid Beach, à 8 miles à l’est du centre ville de Cleveland. Les jambes de la victime ont été sectionnées aux genoux, sa peau a été décolorée par l’application d’un conservateur chimique. La taille et l’âge de la victime ne ressemblaient à aucune des femmes disparues connues de Cleveland. La “Dame du lac” n’a jamais été identifiée.

Un an plus tard, le 23 septembre 1935, des garçons jouant dans le Kingsbury Run ont trouvé deux cadavres d’hommes sans tête. Tous deux avaient été émasculés, et leurs têtes coupées ont été retrouvées à proximité. Les autorités ont déterminé que la victime la plus âgée, jamais identifiée, avait été tuée au moins 5 jours avant l’autre, et que sa peau présentait une teinte rougeâtre due à un traitement avec un conservateur chimique.

Le jeune homme, identifié comme étant Edward Andrassy, 29 ans, était un ex-détenu bisexuel. La rétraction des muscles du cou sur les deux cadavres indique que les hommes étaient vivants lorsque leur tête a été coupée.

Le 26 janvier 1936, un boucher a trouvé deux cuisses humaines, un bras et la moitié inférieure du torse d’une femme derrière sa boutique. Le haut du torse, le bas des jambes et le bras manquant ont été retrouvés 12 jours plus tard derrière une maison vide. La victime a été identifiée comme étant Florence Polillo, une prostituée de 41 ans. Sa tête coupée n’a jamais été retrouvée.

Le 5 juin 1936, deux garçons traversant Kingsbury Run ont trouvé la tête d’un homme enveloppée dans un pantalon sale, à un kilomètre de l’endroit où Andrassy et sa compagne ont été trouvés en septembre 1935. Le corps de la victime a été retrouvé un jour plus tard, le 6 juin, mais l’identité de la victime est restée inconnue, malgré la publication de ses nombreux tatouages et d’un “masque de la mort” en plâtre affiché pour tous les visiteurs de l’exposition universelle de 1936 à Cleveland.

Le 22 juillet 1936, le corps sans tête d’un homme inconnu a été retrouvé près de Big Creek, en face de Kingsbury Run. Il s’agit de la seule victime tuée du côté ouest de Cleveland et de la seule victime tuée à l’endroit où il a été trouvé, comme le prouve la terre imbibée de sang qui se trouvait sous lui.

Un clochard a repéré la victime numéro 7 à Kingsbury Run, le 10 septembre 1936. Les restes démembrés flottaient dans un étang, et des plongeurs de la police ont été appelés pour récupérer deux moitiés de torse, ainsi que le bas des jambes et les cuisses. La tête, les bras et les organes génitaux n’ont jamais été retrouvés.

Le 23 février 1937, la moitié supérieure du torse d’une femme a été retrouvée à Euclid Beach, presque précisément là où la première victime avait été trouvée en septembre 1934. Puis, le 6 juin 1937, le squelette d’une femme noire a été retrouvé sous un pont près de Kingsbury Run. La victime fut de nouveau décapitée.

Plus tard, la victime a été identifiée par un enquêteur comme étant Rose Wallace, mais d’autres enquêteurs ont des doutes sur cette déclaration car Wallace a disparu 2 mois après la date estimée de la mort de la victime.

Exactement un mois plus tard, le bas du torse d’un homme a été retrouvé sous le pont de la troisième rue. Le 14 juillet 1937, les autorités avaient tout sauf la tête et le nom de la dernière victime.

Le 8 avril 1938, la partie inférieure de la jambe gauche d’une femme a été pêchée dans la rivière Cuyahoga. Les autorités ont par la suite trouvé d’autres parties du corps, mais la tête, les bras et la jambe droite de la victime n’ont jamais été retrouvés. Son identité reste inconnue. Les dernières “victimes officielles” ont été trouvées le 16 août 1938 par des ouvriers dans une décharge de Lakeside.

Une des victimes était un homme, l’autre une femme. L’homme n’était rien d’autre qu’un squelette, décapité, auquel il manquait les deux mains et les deux pieds. La victime féminine a été coupée en 9 morceaux. Les deux victimes ont été tuées à des moments différents. Cependant, en 1940, trois corps ont été retrouvés dans des wagons abandonnés près de Pittsburgh. Tous avaient été décapités et les têtes étaient manquantes.

Les hommes étaient morts depuis trois à six mois. Les autorités ont unanimement attribué la responsabilité des crimes à l’assassin de Cleveland, en retraçant les wagons couverts pour identifier les meurtres à Youngstown, Ohio, en 1939. Cependant, beaucoup de gens pensent que c’est l’œuvre d’un autre tueur, peut-être un imitateur.

Les trois corps avaient été brûlés par le feu, ce qui n’est pas une marque de fabrique de l’assassin de Cleveland. L’un des corps portait également le mot “Nazi” gravé sur la poitrine, là encore sans la signature du Boucher fou.

La Lettre

En janvier 1939, le Cleveland Press publia une lettre reçue de Los Angeles :

“Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, car je suis parti pour passer l’hiver au soleil de Californie. Ca m’a fait mal au coeur de devoir opérer ces personnes mais la science doit progresser. Je vais stupéfier le monde médical.Leurs vies ne sont-elles pas négligeables face aux centaines de gens malades qui souffrent ? Juste des spécimens de laboratoire que l’on découvre à n’importe quel coin de rue. Personne ne les regretta, lorsque mes expériences échouèrent. Mon dernier cas fut une réussite. Je sais maintenant ce qu’ont éprouvé Pasteur et les autres pionniers.En ce moment, j’ai un volontaire qui va prouver le bien-fondé de ma théorie. On me dit fou et boucher, mais la vérité éclatera un jour.”
“X”

L’enquête
Les journaux ont diversement surnommé le tueur “Le boucher fou de Kingsbury Run”, “Le tueur fantôme”, “Le tueur au torse”, “Le chasseur de têtes” ou simplement “L’inconnu”.

Plusieurs enquêteurs, dont Peter Merylo et Martin Zalewski, ont été affectés à plein temps à l’affaire, mais il a été presque impossible de trouver des preuves dans ces meurtres, le tueur ne laissant aucun indice derrière lui.

En janvier 1939, la Cleveland Press a reçu une lettre d’un homme prétendant être le tueur. Dans cette lettre, l’homme, qui se faisait appeler “X”, disait qu’il était maintenant en Californie, qu’il tuait pour des expériences médicales et que les victimes trouvées à Kingsbury Run avaient été des “cobayes de laboratoire”.

La lettre semblait être légitime, mais nous ne pouvons pas être sûrs que cela venait bien du tueur, puisqu’il n’a donné aucun détail sur les meurtres. Puis, le 5 juillet 1939, les adjoints du shérif ont arrêté un immigrant slave, Frank Dolezal, 52 ans, et ont lancé un interrogatoire marathon dans la prison du comté.

Dolezal a finalement avoué les meurtres d’Andrassy et de Polillo, mais s’est ensuite rétracté, accusant les inspecteurs de tactique du troisième degré. Le 24 août 1939, Dolezal se “suicida” en se pendant.

Il avait quatre côtes cassées et son corps présentait des signes de nombreux coups. Aujourd’hui, personne ne considère Dolezal comme un suspect sérieux dans cette affaire.

Le suspect d’Eliot Ness
Dans son livre “4 contre la mafia” (1961), le journaliste Oscar Fraley affirme que le directeur de la sécurité publique de Cleveland, Eliot Ness, célèbre pour sa rivalité avec Al Capone, a identifié le tueur au torse en 1938.

Le suspect de Ness a été décrit comme un étudiant homosexuel en médecine et membre d’une famille importante de Cleveland. Interrogé par Ness en 1938, le suspect aurait échappé aux poursuites en s’engageant dans un établissement psychiatrique, où il serait mort en 1940 ou 1941. Avant sa mort, il aurait tourmenté Ness avec une série de notes menaçantes.

Les notes sont réelles, elles sont consultables dans les archives de Cleveland, mais venaient-elles vraiment du tueur ? Ont-elles vraiment été écrites par le suspect de Ness ?

Si Ness était certain de l’identité du tueur, alors pourquoi a-t-il laissé le suspect Frank Dolezal être torturé (et probablement assassiné) par les adjoints du shérif en 1939 ?

Juillet 1939 : Le shérif du comté Martin O’Donnell arrête Frank Dolezal, un bohémien de 52 ans, pour le meurtre de Flo Polillo. Dolezal avait vécu avec elle pendant un certain temps, et l’enquête qui s’ensuivit révéla qu’il connaissait Edward Andrassy et Rose Wallace.

Ses “aveux” se sont révélés être un mélange déconcertant de divagations incohérentes et de détails précis et soignés, presque comme s’il avait été coaché. Avant qu’il ne puisse être jugé, Dolezal a été retrouvé mort dans sa cellule. Ce Dolezal d’1m80 s’était pendu à un crochet à seulement 1m80 du sol. L’autopsie de Gerber a révélé six côtes cassées, toutes obtenues alors qu’il était sous la garde du shérif. À ce jour, personne ne pense que Frank Dolezal était le tueur au torse. La question est : pourquoi le shérif O’Donnell ?

 

Ness soupçonna également un médecin du nom de Francis E. Sweeney, spécialiste des amputations. Sweeney échoua deux fois à l’épreuve du polygraphe mais bénéficiait de protections politiques. Il était le cousin de Martin Sweeney, membre du Congrès, qui n’eut de cesse de ridiculiser Ness et de mettre en exergue son incapacité à coincer le tueur.Concrètement rien ne relia Sweeney aux meurtres mais ce dernier disposait d’une force physique certaine, avait des antécédents psychiatriques et était bisexuel, ce qui pourrait expliquer le choix de victimes par le tueur parmi les deux sexes. Sweeney choisit de se faire interner en 1938 et les assassinats cessèrent, du moins officiellement.

Le médecin ne cessa ensuite d’écrire à Ness pour le menacer. Il mourut en 1964.

Aujourd’hui, beaucoup de gens ont des doutes sur l’histoire de Fraley, y compris le professeur James Badal, qui a écrit un livre à ce sujet en 2001 (In the Wake of the Butcher). Ness était obsédé par l’affaire et dans son esprit, dans son esprit seulement, l’affaire a été classée. En réalité, l’affaire ne l’était pas, et est toujours, non résolue.

Il est de retour ?
Il y a là un post-scriptum macabre de l’histoire du boucher. Le 22 juillet 1950, le corps sans tête d’un homme, démembré, a été retrouvé dans une cour de Cleveland Lumber, à quelques kilomètres de Kingsbury Run.

La tête coupée a été retrouvée 4 jours plus tard et la victime a été identifiée comme étant Robert Robertson, âgé de 40 ans. Le coroner chargé de l’affaire a déclaré que “le travail ressemble exactement à celui du meurtrier au torse”.

Rétrospectivement, il semble clair que le Boucher fou a tué au moins 13, peut-être 16, victimes entre 1934 et 1939. Il a peut-être aussi tué Robert Robertson, et la spéculation lie le même tueur à une série de “meurtres sans tête” autour de New Castle en Pennsylvanie, entre 1925 et 1939.

Aucun lien solide n’a été établi dans cette affaire, et la mystérieuse affaire du “Boucher fou de Kingsbury Run” reste non résolue.

194
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
Reynald
J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Top