Le monstre Momo du Missouri : Hybride loup-garou , bigfoot ?

Momo est le nom d’une légende locale, similaire à celle du Bigfoot, qui vivrait dans le Missouri. Le nom Momo est l’abréviation de « Missouri Monster » et il aurait une grande tête en forme de citrouille, avec un corps poilu et des cheveux couvrant les yeux, qui ressemble à un tapis à poils. Signalé pour la première fois en 1971, près de la Louisiane, dans le Missouri, par Joan Mills et Mary Ryan, Momo a été signalé pour la première fois sur le fleuve Mississippi, puis observé plus à l’ouest, par des voies navigables. Il s’agirait d’une grande créature de 2,1 m de haut, poilue, noire et ressemblant à un homme, qui émet une terrible odeur. Certains suggèrent qu’il s’agit d’un Indien d’Amérique malhonnête. Suite à des observations faites en 1972 à partir de 15h30 le 11 juillet, rapportées pour la première fois par Terry, Wiley et Doris Harrison, et qui ont duré environ deux semaines, des traces ont été trouvées et soumises à Lawrence Curtis, directeur du zoo et du jardin botanique d’Oklahoma City. Il a estimé que les traces étaient celles d’une espèce de primate inconnue.

La première observation signalée de la créature a eu lieu le 11 juillet 1972. Selon le Kansas City Star :
La famille Harrison vivait dans une maison le long de ce qui était alors connu sous le nom de Marzolf Hill. Par une chaude journée d’été, Terry Harrison, 8 ans, et son frère Wally, 5 ans, poursuivaient leur chien à travers les bois.

Soudain, Doris Harrison, 15 ans, qui était à l’intérieur, a entendu ses frères crier, a couru à la fenêtre et a vu une créature qu’elle a décrite comme mesurant peut-être 1,80 m et dont le visage était recouvert de cheveux noirs. Elle tenait un chien mort sous son bras et le sang – apparemment celui du chien – tachetait les poils foncés de la bête. Et, ooh, cette odeur !

« Ce n’était pas un homme et ce n’était pas un ours », a déclaré Doris Harrison Bliss, aujourd’hui âgée de 55 ans.

« C’était quelque chose… »

« Quelque chose que vous n’aviez jamais vu auparavant ? » lui a-t-on demandé.

« Exactement ! »

Tout était calme jusqu’à trois jours plus tard, le 14 juillet. Ce soir-là, Edgar Harrison (le père des enfants) a tenu une réunion de prière régulière chez lui et environ 45 minutes après sa fin, il a entendu des bruits de tintement qui semblaient indiquer que quelqu’un lançait des pierres dans le réservoir d’eau en métal situé au sommet de la colline de Marzolf. Le réservoir était une attraction pour les enfants du quartier, mais il était peu probable qu’aucun d’entre eux n’ait joué là à cette heure. En écoutant attentivement les sons, il a entendu une sonnerie particulièrement forte, puis un grognement semblable à celui d’un animal. Le son se rapprochait de plus en plus et était si fort que sa famille est sortie en courant de la maison. Ils l’ont pressé de quitter le quartier, mais Harrison voulait voir ce qui faisait ce bruit.

Il a finalement cédé à l’appel de sa famille et en descendant la rue Allen, il a rencontré une quarantaine de personnes, certaines portant des armes, qui étaient en route pour enquêter sur les bruits du réservoir. Pour une raison quelconque, Harrison a crié « Le voilà ! » et toute la foule s’est détournée et a couru. Un certain nombre de personnes ont déclaré avoir entendu les cris et hurlements étranges de cette nuit-là, mais le temps que les policiers Jerry Floyd et John Whitaker arrivent sur les lieux pour enquêter, ils n’ont rien trouvé d’extraordinaire.

Plus tard dans la soirée, Harrison et plusieurs amis ont exploré Marzolf Hill et ont trouvé un vieux bâtiment d’où persistait une forte et désagréable odeur. Harrison l’a décrit comme une « odeur de moisi, de cheval ou de déchets ». Dans les jours qui ont suivi, lui et d’autres personnes ont senti la même odeur dans les zones où des sons bizarres ont été entendus.

Les rapports de rencontres ont commencé à s’accumuler. Un homme prétend avoir été poursuivi par une grosse bête poilue aux yeux rouges. Des écoliers ont dit l’avoir vu de la fenêtre de leur classe. Deux femmes pique-niquant près de la rivière ont dit que Momo les a poursuivies jusqu’à leur Volkswagen, puis a fait preuve d’une intelligence humaine pour essayer d’ouvrir la porte avant qu’un coup de klaxon ne l’effraie.

30 juin – Vaughn et Tim (noms de famille non donnés) pêchaient dans la rivière Cuivre lorsqu’ils ont vu une grande créature poilue patauger dans l’eau. En enquêtant, ils ont trouvé de grandes empreintes de trois orteils à l’endroit où le bipède poilu est sorti de la rivière.

11 juillet – Terry et Wally Harrison jouaient dans leur cour quand leur soeur Doris les a entendus crier. Ils ont tous vu un grand bipède poilu noir portant un chien mort. Plus tôt ce jour-là, un fermier a signalé la disparition de son chien.

14 juillet – Edgar Harrison, leur père, et plusieurs autres personnes ont entendu des grognements et ont enquêté. Ils n’ont rien vu, mais ont signalé une odeur désagréable qui sentait la chair pourrie.

21 juillet – Ellis Minor a entendu ses chiens aboyer et a pris sa lampe de poche avant de sortir. Il a vu le grand monstre noir et poilu dans le faisceau de la torche. La créature s’est enfuie lorsqu’elle l’a remarqué.

23 juillet – La police boucle une zone boisée de deux acres et vingt-cinq personnes recherchent la bête, que beaucoup croient être un ours noir, car on rapporte avoir vu là un animal avec un mouton ou un chien dans sa gueule.

24 juillet – Deux adolescentes ont déclaré avoir vu la créature poilue au coucher du soleil alors qu’elle se promenait à la lisière d’une zone boisée.

Au cours de la dernière semaine de juillet, une série de mystérieuses empreintes de trois orteils est apparue dans la ferme de Freddie Robbins, à environ huit miles au sud de la Louisiane. Les empreintes n’ont pas été moulées, mais elles ont été protégées jusqu’à ce que les enquêteurs puissent en faire des diagrammes. Il s’est avéré qu’elles correspondaient presque exactement aux empreintes trouvées quelques jours plus tard. D’autres traces ont été découvertes au petit matin du 3 août à la ferme de Mme et Mme Bill Suddarth, qui vivaient juste au nord-ouest de la ville. Au milieu de la nuit, elles ont entendu un hurlement aigu dans leur cour et ont couru dehors avec des lampes de poche pour voir ce qui se passait. Au milieu de leur jardin, ils ont trouvé quatre empreintes d’une créature à trois orteils.

Suddarth a rapidement appelé son compagnon de chasse, Clyde Penrod, qui s’est rendu sur place et a fait un moulage en plâtre de l’empreinte. Penrod, qui était un fervent amateur de plein air, était perplexe devant toute cette affaire. Les traces étant à 6 mètres de tout autre chose, il ne comprenait pas comment elles avaient pu être faites. Elles ont commencé brusquement au centre du jardin et se sont terminées tout aussi mystérieusement. Il semblait que la créature à trois orteils venait d’apparaître au centre du jardin et avait ensuite disparu. Aucune trace n’a été trouvée ailleurs sur la propriété et il n’y avait aucun signe qu’un farceur aurait pu les faire non plus. Ce fut la dernière rencontre avec la créature et il est peut-être approprié que le « volet du monstre » se soit terminé sur une note aussi inexplicable.

206
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    51
    Partages
  • 51
  •  
  •  

Voir Aussi

Terror in The Woods – Terreur dans les bois – Saison 1 VOSTFR.[MAJ 05/20]

Ils sont partis à la découverte du grand air, mais quelque chose les a d’abord …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *