Vous êtes ici

Le sol taché laissé par le corps de Margaret Schilling

Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  

En Amérique, il est difficile de jeter une pierre et de ne pas frapper un effrayant hôpital abandonné. Ces ombres de notre passé sont parsemées dans tout le pays, sinistre rappel de la façon dont nous avons autrefois traité nos malheurs et nos indésirables. Alors que certains de ces bâtiments sont jonchés de vieux dossiers de patients, de blouses tachées et de fantômes, un ancien hôpital d’Athènes, dans l’Ohio, a peut-être caché à son dernier étage le plus sobre des souvenirs du passé : une tache indélébile, de forme humaine, où le corps d’un patient est resté intact pendant la majeure partie de l’hiver.

Autrefois l’un des plus grands hôpitaux de l’Ohio pour les malades mentaux et les fous criminels, l’asile d’Athènes était le summum des soins lorsqu’il a ouvert en janvier 1874. L’asile, l’un des premiers hôpitaux à avoir été construit selon le “plan Kirkbride”, une méthode standardisée de construction d’institutions psychiatriques pour l’autonomie, le traitement compatissant et les grands espaces, a rapidement acquis une réputation pour ses normes élevées et a commencé à traiter un afflux de vétérans de la guerre civile souffrant d’un état que nous reconnaissons maintenant comme un trouble de stress post-traumatique.

Malheureusement, à mesure que la nouvelle de l’excellence des soins dispensés par l’hôpital se répand, le nombre de ses patients commence à atteindre des niveaux incontrôlables. L’asile a rapidement commencé à se remplir de sans-abri, de personnes âgées et de personnes devenues une charge financière pour leurs familles. Il n’était pas rare que des personnes soient admises pour masturbation, rébellion, ou même pour avoir été une mauvaise ménagère. Quelle que soit la raison de l’admission, dans les années 1950, l’hôpital avait déjà accueilli près de deux mille patients, soit plus de trois fois sa capacité.

Le personnel, se rendant compte qu’il pouvait utiliser la croissance de l’hôpital à son avantage, a commencé à mettre les patients au travail. Bientôt, la ferme de l’établissement a réalisé un joli profit sur le dos des malades mentaux.

Alors que les bénéfices, le nombre de patients et la cupidité du personnel ont continué à augmenter, la qualité des soins a fortement diminué. Les patients étaient battus, étroitement attachés dans leur lit pendant plusieurs jours, et régulièrement soumis à des lobotomies de masse, des thérapies de choc et d’autres procédures expérimentales comme l’immersion prolongée dans l’eau glacée. Au milieu des années 1900, l’asile d’Athènes était un cauchemar éveillé pour quiconque avait la malchance d’être hébergé là.

L’hôpital a finalement fermé ses portes en 1993, après avoir fait don d’une grande partie de ses biens à l’université de l’Ohio, qui avait déjà commencé à rénover certains des bâtiments. Presque dès la réouverture des anciennes parties de l’asile, qui sont devenues connues sous le nom de “The Ridges”, les étudiants ont commencé à faire l’expérience d’activités paranormales. Des cris désincarnés résonnaient dans les couloirs vides au milieu de la nuit, des personnages mystérieux parcouraient les anciens terrains de la salle de la tuberculose démolie pour ensuite disparaître dans les airs, et l’électronique semblait être en panne, provoquant le clignotement des lumières et la panne des téléphones.

Le 1er décembre 1978, une patiente psychiatrique du nom de Margaret Schilling a disparu d’une des salles de l’asile d’aliénés d’Athènes, dans l’Ohio. Margaret n’était pas une patiente particulièrement perturbée à l’asile, elle avait donc une certaine liberté de mouvement et passait ses journées à errer sur le terrain, allant même de temps en temps en ville par ses propres moyens.

Cependant, le 1er décembre 1978, elle a disparu et une équipe de recherche a rapidement été organisée à l’hôpital, mais les journées de recherche n’ont pas permis de retrouver leur patiente disparue.

Le 12 janvier 1979, disparue depuis 42 jours, son corps a été découvert au dernier étage abandonné du pavillon N.20, par un homme de la maintenance, qui surveillait un pavillon inutilisé, autrefois dédié aux patients atteints de maladies infectieuses.

Derrière la porte verrouillée où son corps a été découvert, se trouvaient ses vêtements soigneusement pliés sur le sol, et le corps nu de Margaret Shilling étendu sur le sol devant une fenêtre. Elle avait réussi à se faire enfermer dans la pièce abandonnée.

La cause officielle du décès est une insuffisance cardiaque, probablement due à l’exposition au froid de décembre dans une section non chauffée de l’hôpital. Elle était morte depuis plusieurs semaines avant que son corps ne soit découvert. Lorsqu’on a découvert son corps, il était dans un tel état de décomposition que ses fluides corporels s’étaient infiltrés dans le béton et, combinés à la lumière du soleil qui frappait son corps au cours du processus, ont contribué à créer une tache permanente.

Il convient de souligner que les personnes souffrant d’hypothermie grave se déshabillent souvent, ce que l’on appelle le déshabillage paradoxal. Peu avant sa mort, la personne enlève tous ses vêtements, comme s’ils étaient brûlants, alors qu’en fait ils sont gelés.

Après cela, les gens ont commencé à voir des images fantomatiques d’une femme les regardant de haut depuis les fenêtres de la pièce où elle se trouvait.

Aujourd’hui, près de quarante ans plus tard, la tache laissée sur le sol par le corps de la pauvre Margaret Schilling est toujours là, sans pouvoir être nettoyée. Pour les étudiants qui partagent le bâtiment (dont une partie est maintenant utilisée comme musée d’art), l’esprit de Margaret Shilling se fera parfois connaître par le cliquetis d’une poignée de porte qui résonne dans les couloirs, rappelant ainsi sa tentative éternelle mais futile de s’échapper de la pièce du dernier étage fermée à clé où elle devait périr.

Les gens disent qu’ils peuvent encore sentir sa présence et parfois la voir marcher dans les couloirs. Certains ont même rapporté avoir vu des écrits aléatoires apparaître sur le mur, dont l’un contenait le message “Je n’ai jamais été fou”.

602
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    83
    Partages
  • 83
  •  
Reynald
Reynald
J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.
https://leblogdeletrange.fr/

Laisser un commentaire

Top