Vous êtes ici

Mais qui était Kaspar Hauser ?

Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaspar Hauser (30 avril 1812 ( ?) – 17 décembre 1833) était un mystérieux enfant trouvé dans l’Allemagne du 19e siècle, célèbre pour avoir grandi dans l’isolement total d’une cellule obscure.

Les affirmations de Hauser, et sa mort au couteau, ont suscité de nombreux débats et controverses. Le 26 mai 1828, un étrange adolescent a trébuché aux portes de Nuremberg. Il avait une forte carrure, des cheveux légèrement bouclés, un teint pâle et bougeait comme s’il était ivre.

Un cordonnier local, Georg Weickmann, s’est approché du garçon pour voir qui il était, mais le garçon a seulement dit : “J’aimerais être un cavalier comme mon père l’était. Il a remis à Weickmann une enveloppe adressée au capitaine du quatrième escadron du sixième régiment de la cavalerie légère. Le cordonnier l’a amené au capitaine, qui a ouvert la lettre.

Elle expliquait que le garçon avait été laissé avec un pauvre ouvrier qui l’avait maintenu enfermé toute sa vie.

Mais le garçon était maintenant prêt à servir dans l’armée du roi. Le capitaine de cavalerie l’interrogea, mais les seuls mots qu’il prononça furent “je ne sais pas”, “ramène-moi à la maison” et “cheval”. Il pouvait aussi écrire le nom “Kaspar Hauser”.

A la fin, le capitaine a mis le garçon dans la prison locale, mais le geôlier a eu pitié de lui. Les enfants du geôlier ont commencé à lui apprendre à parler, à écrire et à dessiner. Il semblait n’avoir aucune notion de comportement, n’avait pas d’expression faciale, ne pouvait pas comprendre la différence entre les hommes et les femmes, était heureux de dormir assis, se comportait comme un bébé ou un enfant en bas âge et était particulièrement heureux dans le noir.

En juillet 1828, un magistrat local suggéra aux autorités de Nuremberg qu’il serait préférable de faire sortir Hauser de la prison et de le placer sous la garde de George Friedrich Daumer, professeur d’université et psychologue. Daumer aida Hauser à se transformer en un jeune homme normal, mais il garda également une trace du comportement du garçon étrange.

Daumer s’est rendu compte de l’ampleur de l’étonnant éveil des sens de Hauser. Il pouvait lire dans le noir, entendre des chuchotements à des distances extrêmes et discerner qui se trouvait dans une chambre noire simplement à l’odeur. Malheureusement, au fur et à mesure que sa conscience et son éducation sur le monde qui l’entoure se sont accrues, ces capacités extraordinaires ont diminué.

Au début de 1829, Hauser en avait appris suffisamment pour pouvoir écrire son autobiographie. Il y révèle qu’il a été détenu dans une cellule de 2,5 mètres de long, 2,5 mètres de large et 2,5 mètres de haut par un homme dont il n’a jamais vu le visage. Il dormait sur un lit de paille, et à son réveil, il y avait de l’eau et du pain pour lui.

Parfois, l’eau avait un goût bizarre, et il s’évanouissait pour se retrouver nettoyé et soigné, vêtu d’un ensemble de vêtements frais à son réveil. Un jour, l’homme est venu à la porte de la cellule de Hauser avec des livres et lui a appris à lire un peu, à écrire son nom et à répéter les phrases rudimentaires qu’il avait prononcées à son arrivée en public.

Le lendemain, Hauser et son ravisseur ont entamé un voyage de trois jours qui a culminé avec son apparition à Nuremberg. L’autobiographie de Hauser a ouvert la porte à une nouvelle terreur. Ce récit, toujours célèbre aujourd’hui, a suscité une grande curiosité et a fait de lui un objet d’attention internationale.

Des rumeurs ont circulé selon lesquelles il était de descendance princière, peut-être d’origine badoise, mais on a aussi prétendu qu’il était un imposteur. De nos jours, les chercheurs sérieux s’accordent à dire que le récit de Hauser ne peut être vrai.

En se référant aux connaissances modernes de l’hospitalité, et notamment aux travaux de René Spitz, le psychiatre Karl Leonhard a conclu : “S’il avait vécu depuis l’enfance dans les conditions qu’il décrit, il n’aurait pas évolué au-delà de la condition d’idiot ; en effet, il ne serait pas resté en vie longtemps. Son récit est si plein d’absurdités qu’il est étonnant qu’il ait jamais été cru et qu’il soit encore cru aujourd’hui par beaucoup de gens”.

Le 17 octobre 1829, Hauser n’est pas venu au repas de midi, mais il a été retrouvé saignant d’une blessure au front, dans la cave de la maison de Daumer.

Il a affirmé qu’alors qu’il était assis dans le secret, il avait été attaqué et blessé par un homme cagoulé qui l’avait également menacé avec ces mots : “Tu dois encore mourir avant de quitter la ville de Nuremberg.” Hauser a déclaré que, par la voix, il avait reconnu l’homme comme celui qui l’avait amené à Nuremberg.

Comme le montrait sa trace de sang, Hauser s’était d’abord enfui au premier étage où se trouvait sa chambre, mais au lieu de rejoindre ses gardiens, il était retourné en bas, et était monté dans la cave par une trappe.

Des fonctionnaires alarmés ont appelé une escorte de police et l’ont confié aux soins de Johann Biberbach, l’un des responsables municipaux. L’attaque présumée de Hauser a également alimenté des rumeurs sur sa possible descente de la maison de Baden.

Les critiques de Hauser sont d’avis qu’il s’est infligé lui-même la blessure avec un rasoir, qu’il a ensuite ramené dans sa chambre avant de se rendre à la cave. Il aurait pu le faire pour susciter la pitié et ainsi échapper à la réprimande pour une récente querelle avec Daumer, qui en était venu à croire que le garçon avait tendance à mentir.

Le 14 décembre 1833, Hauser se rend dans un parc local pour rencontrer un homme qui lui a promis de révéler des détails sur l’identité de sa mère. Ils se rencontrèrent et l’étranger fit un geste comme pour donner un portefeuille à Hauser, mais alors que le jeune homme se penchait en avant, il fut poignardé au côté.

Lorsque le policier Herrlein a fouillé le Court Garden, il a trouvé un petit sac à main violet contenant une note au crayon dans “Spiegelschrift” (écriture miroir). Le message se lisait, en allemand : “Hauser pourra vous dire assez précisément à quoi je ressemble et d’où je suis. Pour éviter à Hauser de faire des efforts, je veux vous dire moi-même d’où je viens _ _ . Je viens de _ _ _ de la frontière bavaroise _ _ Sur le fleuve _ _ _ _ _ _ Je veux même vous dire le nom : M. L. Ö.

Le message trouvé dans la bourse (l’original a disparu en 1945). A lire devant un miroir.

La blessure à la poitrine de Hauser s’avéra fatale et il mourut le 17 décembre 1833. Des incohérences dans le récit de Hauser ont amené la cour d’enquête d’Ansbach à soupçonner que Hauser s’était poignardé lui-même et avait inventé un conte sur l’agression.

La note dans le sac à main trouvé dans le jardin de la Cour contenait une erreur d’orthographe et une erreur grammaticale, toutes deux typiques de Hauser – qui, sur son lit de mort, ne cessait de marmonner des incohérences sur “l’écriture au crayon”.

Bien qu’il ait été très désireux que le sac à main soit retrouvé, il n’a pas demandé son contenu. Le billet lui-même était plié selon une forme triangulaire spécifique – exactement comme Hauser pliait ses lettres, selon Mme Meyer. Les médecins légistes ont convenu que la blessure pouvait en effet être auto-infligée.

De nombreux historiens pensent qu’il s’est blessé lui-même pour tenter de raviver l’intérêt du public pour son histoire et pour convaincre Stanhope de tenir sa promesse de l’emmener en Angleterre, mais qu’il s’est poignardé plus profondément qu’il ne l’avait prévu. Le soupçon s’est développé que Hauser était en fait un prince de Bade et le fils de Stéphanie, grande-duchesse de Bavière.

Il est certain que de nombreux aristocrates bavarois avaient de tels soupçons et le roi Louis de Bavière a même écrit dans son journal que Hauser était “le grand-duc légitime de Bade”.

La théorie est que Stéphanie et Karl de Bade ont eu Hauser en 1812, mais que la belle-mère de Karl, la duchesse de Hochberg, l’a échangé à la naissance avec un enfant paysan malade. Le bébé malade est rapidement décédé et les garçons suivants, engendrés par Karl avec Stéphanie, sont également morts jeunes. Karl lui-même est mort dans d’étranges circonstances, et sur son lit de mort, il a déclaré qu’il croyait que ses garçons et lui avaient été empoisonnés.

 

Le trône de Karl revient alors à son demi-frère, Léopold, le fils de la duchesse de Hochberg. Il s’agit d’une théorie impossible à prouver. Tout ce que nous savons, c’est que dans un paisible cimetière de campagne, il y a une pierre tombale sur laquelle on peut lire : Ici repose Kaspar Hauser, l’énigme de son temps. Sa naissance était inconnue, sa mort mystérieuse”.

469
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages
  • 15
  •  
Reynald
Reynald
J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.
https://leblogdeletrange.fr/

Laisser un commentaire

Top