Vous êtes ici

Un Ovni au dessus d'Anchamps

Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étrange « lumière orange » a survolé la fête et a disparu

Plusieurs témoins affirment avoir observé un phénomène insolite, le soir de la fête au village d’Anchamps. Après Reims, les ovni seraient-ils de retour dans les Ardennes ?


EST-CE à cause de sa mystérieuse « pierre Roland » ? Ou bien parce que l’eau de son lavoir est réputée favoriser la fertilité des jeunes mariées ? A moins que ce ne soit à cause de sa grosse meule du moulin de la Pille, posée sur sa tranche, à côté de l’église, comme l’épave d’une grosse soucoupe volante qui les a attirés ? Toujours est-il que le village d’Anchamps a été le théâtre, récemment, de bien étranges phénomènes.
« C’était une lumière orange, comme une grosse boule, à 500 mètres d’altitude environ, qui allait vers le sud. C’était totalement silencieux. Quand « l’objet » s’est approché du rayon du laser, il est brusquement monté très vite à la verticale et il a disparu… ». Ce témoignage, un parmi bien d’autres, a ainsi été recueilli, ces jours-ci, par Jean-Luc Lemaire qui, depuis vingt ans, à Charleville-Mézières, traque le moindre signe concernant les ovni dans notre département.
Passionné – avec son épouse Florence qui l’est tout autant – par tout phénomène inexpliqué dans le ciel des Ardennes, celui-ci a constitué, avec un groupe d’amis, une sorte d’association informelle, dont le but est d’enquêter minutieusement sur chaque observation faite, afin de constituer une base de données, d’un sérieux irréprochable, susceptible d’être montrée, si nécessaire, même aux scientifiques les plus avertis du Centre national d’études spatiales.
Depuis plusieurs jours, Jean-Luc Lemaire se penche, donc, sur ce qui s’est passé, le 20 juin dernier, dans ce joli village de la Vallée. En effet, ce ne sont pas moins d’une quarantaine de « Chanchais », qui ont observé quelque chose de « bizarre » dans le ciel, avec même quelques-unes, tel Philippe Fonder, qui l’ont pris en photo ! Ce soir-là, c’était certes la fête communale, sur le vaste terrain au bord de la Meuse, « mais la buvette n’en est aucunement responsable », a tenu à nous préciser le maire, Michel Philippe.

Petite montgolfière venue de Revin ?

Il y avait de la musique avec des lumières et un rayon laser, des manèges, des baraques, un tir à la carabine et une bonne centaine de villageois en train de profiter de cette belle soirée, même si le ciel se montrait quelque peu menaçant.
Et c’est d’ailleurs, sans doute pour regarder où en étaient les nuages, que Martine Samson, la présidente du comité des fêtes et adjointe, leva les yeux machinalement, vers 22 h 15. Et ce fut alors qu’elle la vit, cette fameuse boule orange, qui se déplaçait horizontalement.
Tout comme, avec elle, sa belle-fille Marina et son fils Guillaume, mais aussi bien d’autres participants à cette soirée festive, telle Jeannine Ferro, la maman de Jean-François, qui la suivirent même un bon moment du regard, jusqu’à ce qu’elle disparaisse au-dessus des bois, qui pour n’être pas de Macassar, n’en étaient pas moins très sombres.
Pour Jeannine, « on aurait dit un ballon-sonde », tandis que son fils penchait plutôt pour un « drôme » (sic) et qu’un autre parlait de « satellite en feu en train de se désagréger ».
Mais, pour la plupart, qui n’y ont pas fait autrement attention sur le coup, l’apparition de cette boule couleur orange-rouge rappelait, nous ont-ils dit hier, « les petites montgolfières enflammées » qu’ils avaient admirées, quelques jours auparavant, lors du festival « Contrebande » de Revin et qui avaient, par centaines, illuminé le ciel.
« On s’est dit que certains avaient dû en conserver et que c’était l’une d’elles qui était passée par-dessus le mont Malgré-Tout », commentait ainsi Martine Samson, pour expliquer que personne, ce soir-là, n’y avait donc vu autre chose qu’un élément festif supplémentaire venu de la commune voisine.
Or, comme durant les jours suivants, d’étranges lueurs furent également signalées, autour du 4 juillet, dans le ciel de Reims, de la Marne et de l’Aisne, la lecture des articles que nous avons consacrés à ces phénomènes aérospatiaux non identifiés, a ravivé, à Anchamps, le souvenir de ce qui s’était passé.

Chacun, dès lors, y allant de sa propre explication…

Un enquêteur privé est sur la piste


Et c’est ainsi que Jean-Luc Lemaire, le « spécialiste de ces choses-là » a donc commencé à être assailli d’appels et de mails, l’invitant à s’intéresser à cette nouvelle affaire d’ovni. A ce dossier troublant qui fait suite, il est vrai, à bien d’autres affaires jamais élucidées, telle cette lueur aperçue il y a quelques années par des pêcheurs de grenouilles de Gué-d’Hossus, ou bien cette autre, aveuglante, dans un bois au-dessus de Nouzonville, ou bien encore cette « boule métallique » qui flottait, un soir, au-dessus d’une route à Rouvroy-sur-Audry, effrayant un automobiliste parti chercher des cigarettes. Sans parler de toutes ces constatations effectuées, en toute discrétion, par les services de gendarmerie, régulièrement appelés à relever « d’étranges traces » dans nos clairières ou nos prairies, et sur lesquelles ils ne communiquent jamais…
Eliminer les fausses pistes
Hier, Jean-Luc Lemaire s’est donc rendu sur les lieux avec sa femme, à Anchamps, où il a attentivement écouté les témoins, notant tout, scrupuleusement, faisant répéter plusieurs fois les faits, mettant ses interlocuteurs en contradiction, effectuant avec eux des mesures, quant à l’angle, la vitesse de déplacement ou la hauteur du phénomène, le but étant de cerner au plus

près la réalité de ce qui s’est passé, ou non.
Fondant son approche de ce type d’apparition sur une méthode cartésienne, la moindre précision fournie à Jean-Luc Lemaire lui permet d’éliminer, ainsi, toutes les explications « normales », comme par exemple les lumières d’un avion, le passage d’une étoile filante ou d’un satellite, dont il vérifie – grâce à l’informatique et à ses contacts dans les milieux de l’aviation ou de la météo – les concordances éventuelles avec le phénomène présumé mystérieux.
Se qualifiant d’enquêteur privé, pour se démarquer des ufologues, des ufophiles, voire des uphomaniaques, qui « polluent » parfois, par leurs certitudes, le sérieux qui doit accompagner toute recherche sur de prétendus ovni, Jean-Luc Lemaire s’est ainsi bien gardé de donner une solution à ses interlocuteurs d’Anchamps. Il ne le fera, peut-être, que dans quelques jours, s’il parvient à avoir au préalable écarté toutes les fausses pistes. Et si c’est le cas, tout au plus admettra-t-il alors, que la lumière orange qui a été vue le 20 juin est bel et bien un « phénomène inexplicable ».
Pour tout témoignage sur ces lumières dans la nuit (anonymat préservé), il est possible de contacter Jean-Luc Lemaire

au 03.24.59.08.42.

Ovni : les témoignages se multiplient

Le 20 juin, deux semaines avant le survol d’un ovni à Reims, plusieurs témoins ont vu une étrange boule orange lors d’une fête de village dans les Ardennes. D’autres observations ont été signalées.


LA région de Reims n’est pas la seule à avoir été survolée ces derniers jours par un mystérieux phénomène. Après avoir appris dans le journal qu’un Ovni y avait été signalé le 4 juillet, plusieurs habitants du village d’Anchamps, près de Revin dans les Ardennes, se sont manifestés pour signaler l’observation d’une étrange boule lumineuse lors de la fête du village le 20 juin.
« C’était une lumière orange, comme une grosse boule, à 500 mètres d’altitude environ, qui allait vers le sud. C’était totalement silencieux. Quand « l’objet » s’est approché du rayon du laser, il est brusquement monté très vite à la verticale et il a disparu… » Ce témoignage, un parmi bien d’autres, a été recueilli par Jean-Luc Lemaire, enquêteur privé ardennais qui s’intéresse depuis vingt ans au phénomène Ovni. Ce ne sont pas moins d’une cinquantaine d’habitants d’Anchamps qui ont observé la chose. Quelques-uns l’ont même prise en photo !
Les témoins ont repéré cette boule orange vers 22 h 45. Ils l’ont suivie du regard un bon moment jusqu’à ce qu’elle disparaisse au-dessus des bois,
Pour Jeannine Ferro, « on aurait dit un ballon-sonde », tandis que son fils penchait plutôt pour un « drôme » (sic) et qu’un autre parlait de « satellite en feu en train de se désagréger ».
Une lanterne ?
Mais, pour la plupart, l’apparition de cette boule couleur orange-rouge rappelait « les petites montgolfières enflammées » qu’ils avaient admirées lors du festival « Contrebande » de Revin, fin mai, et qui avaient, par centaines, illuminé le

ciel.
Une lanterne ? « Je l’aurais pensé s’il n’y avait pas eu la photo mais ça coince à ce niveau-là », indique M. Lemaire. « Je l’ai analysée. La forme photographiée n’est pas compatible avec une lanterne. »
Après Anchamps le 20 juin, Reims le 4 juillet, c’est un Ardennais d’Aiglemont, près de Charleville, qui a fait une curieuse observation le 14 juillet. Jean-Michel Ligeron sait de quoi il parle car lui-même est un spécialiste des Ovni (il a publié un livre en 1981 : « Ovni en Ardennes, 10 ans d’enquête sur les soucoupes volantes »).
« Ce soir du 14 juillet, ce que j’ai observé n’a rien de commun avec les fusées d’un traditionnel feu d’artifice. A 22 h 46, tandis que je m’approchais d’une fenêtre, mon attention fut immédiatement attirée par la présence d’une sphère blanche, très lumineuse et silencieuse qui se déplaçait très lentement d’ouest en est ».
Sur l’instant, il a pensé au passage de la station orbitale ISS mais vérifications faites, elle était invisible à cette heure ce soir-là.

« A 23 h 34, en regardant le ciel, une dernière fois, dans la même direction, je vis apparaître, sur place, une nouvelle boule lumineuse blanchâtre, non éblouissante, ce fut comme si celle-ci vint à « s’allumer ». L’apparition dura environ 20 secondes, durant lesquelles j’ai réalisé deux autres photos, d’une meilleure qualité que les précédentes, après quoi, la sphère « s’éteignit » ou se « dématérialisa » sur place ». Que s’est-il passé dans le ciel aiglemontais ce soir-là ? La question, comme ailleurs, reste posée.

Observations tous azimuts


Le ciel de la région est très fréquenté en ce mois de juillet. Petit aperçu – non exhaustif – des autres témoignages recueillis par le chercheur privé ardennais Jean-Luc Lemaire :
Reims (51), le 3 juillet vers 23 heures : Rassemblées pour un anniversaire dans le jardin d’une maison (quartier non précisé), plusieurs personnes observent « trois points rouges » qui avancent régulièrement dans le ciel.
Rouvroy-sur-Audry (08), le 4 juillet vers 21 heures : Une femme et sa fille circulant en voiture entre Rouvroy-sur-Audry et Aubigny aperçoivent « une énorme boule argentée durant une trentaine de secondes » à une altitude estimée à environ 500 mètres. « C’était silencieux, totalement immobile et aux contours bien nets. La taille correspondait à un cercle formé par mes mains ouvertes en joignant mes pouces et mes index », précise la fille. « Ça a disparu comme ça, subitement, sans bouger. J’ai eu un peu peur. »
Orainville (02), le 5 juillet à 3 h 10 : Pendant dix minutes, au lieu-dit Pontgivart, en limite de l’Aisne et la Marne, une femme observe « un gros truc brillant », de forme ovale, qui effectue des allers-retours comme une pendule mais sur un plan horizontal. Le

phénomène était visible en direction d’Orainville. « Mon mari n’a pas voulu me croire jusqu’à la parution d’un article dans le journal. »
Brissy-Hamégicourt (02), le 5 juillet vers 4 heures : Dans ce village proche de Saint-Quentin, un homme observe pendant deux minutes, à travers sa fenêtre, une « grosse boule lumineuse » qui oscille dans le ciel.
Haybes (08), le 18 juillet vers 23 h 30 : Une « boule rouge enflammée », mais sans traînée, est observée assez haute dans le ciel, « sous les nuages ». Une météorite ? « Ça allait trop lentement pour une étoile filante » assure le témoin qui a observé cette boule rouge pendant « quelques minutes ».
F.C.
Pour tout témoignage sur ces lumières dans la nuit (anonymat préservé sur simple demande), il est possible de contacter Jean-Luc Lemaire au 03.24.59.08.42.

L’ovni rémois du 4 juillet garde son mystère


Deux semaines après, les trois lumières en triangle signalées par plusieurs personnes dans le ciel de la région rémoise gardent leur mystère. « À ce jour, le phénomène reste inexpliqué », indique l’enquêteur, Jean-Luc Lemaire, resté en contact avec les différents témoins (ils ont demandé l’anonymat).
Tout a commencé avec l’observation d’un habitant du quartier Croix-Rouge à Reims, près du campus universitaire. Le 4 juillet vers 22 h 45, alors qu’il se trouvait dans son jardin, le monsieur a eu son attention attirée par « trois lumières rouges » disposées « en triangle » qui « évoluaient horizontalement et doucement vers la Montagne de Reims ». Le phénomène « a alors changé de direction et est monté plus vite pour disparaître ». C’est à ce moment qu’est apparue « une légère traînée blanche derrière le phénomène, traînée qui n’a pas persisté dans l’atmosphère », contrairement à celles des avions. L’observation a duré environ cinq minutes.
Suite à l’appel à témoins paru dans l’union du 9 juillet, une trentaine de personnes de l’Aisne, de la Marne et des Ardennes ont contacté M. Lemaire pour lui signaler des phénomènes survenus le 4 juillet ou à des dates différentes. Il y a les observations d’Anchamps et d’Aiglemont (lire par ailleurs), des visions fugitives qui peuvent s’expliquer par des météorites ou des satellites mais aussi quelques cas confirmant le passage des trois lumières au-dessus de la région rémoise ce fameux 4 juillet.

Douze témoins dans un même village
Il y a d’abord le témoignage d’une retraitée de 72 ans, également domiciliée au quartier Croix-Rouge. De son balcon, elle a observé l’évolution des trois lumières en triangle, à l’exception de la traînée. Vers la même heure, dans un quartier non précisé, quatre personnes ont vu «deux points lumineux rouges». «Le premier est monté puis a disparu, le second a fait de même à vive allure.» Durée de l’observation : cinq minutes. Deux autres groupes de témoins se sont fait connaître, tous deux du même village, au nord du massif de Saint-Thierry, mais ils s’ignoraient l’un l’autre. Il s’agit d’un couple qui a fait son observation en compagnie de trois voisines et de sept jeunes gens qui ont décrit de façon surprenante l’apparition du phénomène.
« Ils ont d’abord vu arriver un premier point lumineux qui s’est fixé. Un deuxième point l’a rejoint et s’est fixé à son tour, puis un troisième pour former le triangle. Ils ont ensuite bougé de concert jusqu’à leur disparition dans le lointain» relate Jean-Luc Lemaire. Il pensait à une formation d’avions militaires en manœuvre mais la base aérienne 112 a fait savoir qu’il n’y avait pas eu d’exercice ce soir-là.
Enfin, un autre témoignage en date du 4 juillet provient d’Epernay. Un Sparnacien attendait le tir d’un feu d’artifice à 23 heures, sur les hauteurs de la ville près de Mardeuil, lorsqu’en se retournant, il a aperçu en direction de Reims « un gros point bleu bizarre ». Le temps de prévenir sa femme, il n’y avait plus rien.

Point bleu, lumières rouges… Ces différentes lueurs dans la nuit attendent toujours une explication.


Sources:  http://www.lunion.presse.fr

71
Partager Sur le Net
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Reynald
Reynald
J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.
https://leblogdeletrange.fr/
Top