Témoignage, Reportage , Analyse

Le jour où les aliens ont atteri

Le réalisateur américain de films Randall Nickerson est actuellement en visite au sud de l’Afrique pour faire un documentaire qui succède à l’incident qui est survenu à l’Ecole Ariel à Ruwa, au Zimbabwe, en 1994, lorsque 62 enfants âgés entre 8 et 12 ans ont rapporté avoir vu un OVNI et des « êtres étranges » durant leur pause du matin.

Ces enfants sont maintenant de jeunes adultes dispersés à travers le monde. Nickerson les recherche pour les interviewer sur leur expérience. “Leurs histoires n’ont pas du tout changé,” a-t-il dit. “Ce qui n’aurait pas été lé cas s’ils avaient tout inventé.”

Alors que s’est-il réellement passé ce jour de 1994 à l’école de Ruwa juste à l’Est d’Harare ? “C’était pendant la pause du matin et ils étaient dans la cour d’école en train de jouer,” a dit Nickerson. “Ils virent un vaisseau argenté principal et il y en avait quatre autres autour de lui,” a dit Nickerson. “Il est descendu sur une colline derrière la cour d’école qui était au-delà des limites. La limite était la bordure de la cour d’école, puis il y avait des broussailles jusqu’à la colline.

Ils ont couru jusqu’à la bordure de la cour d’école pour voir ce qu’était cette chose. Ils ont vu cette petite créature marcher au-dessus du vaisseau tandis qu’une autre descendait voir les enfants. Elle était toute en noire, avec un costume très serré. Les enfants ont dit qu’il avait de gros yeux ‘comme des ballons de rugby’.

“Les enfants ont eu un contact visuel direct avec la créature. Il semble y avoir eu une sorte de communication avec les enfants sur l’état du monde — ce que nous faisons à la planète, la destruction que nous causons, bien que tous les enfants n’ont pas eu ce message. Certains enfants étaient traumatisés, d’autres excités. Les jeunes enfants qui étaient les plus traumatisés étaient au devant du groupe.

Commentaire : Remarquez toujours ces mêmes messages de désinformation sur l’environnement, sur le fait que nous le détruisons et que de ce fait les aliens devront nous sauver dans la paix et l’amour blablabla. On peut supposer ici qu’il y a eu une abduction de groupe.

Ils criaient tous vers leurs professeurs. Les professeurs ne les ont pas cru au début. Mais après que les enfants soient revenus chez eux les parents sont allés à l’école pour savoir ce qu’il s’était passé.”

Peu de temps après on a demandé aux enfants de faire des dessins de ce qu’ils avaient vu. “Ils les ont fait séparément. Tous les dessins étaient similaires.

Une équipe de la BBC était la première sur les lieux. En novembre 1994, un professeur de psychiatrie à Harvard, John E. Mack, a rendu visite à l’école et a filmé des interviews des enfants. Il était aidé par un producteur Sud-Africain, Nicky Carter, qui avait déjà fait un petit documentaire sur le sujet pour la SABC. “J’avais un demi-frère à cette école,” a-t-elle dit. “Il était malade le jour où c’est arrivé, mais les enfants lui ont tout dit et il m’a contacté.”

Carter n’a aucun doute sur le fait que les enfants disent la vérité. “Lorsqu’ils ont été interviewé par Mack avec tous ses talents professionnels il était clair qu’ils disent la vérité — le ton de leur voix, leur langage du corps. Ils étaient tellement convaincants, et racontaient leurs histoires avec une telle conviction. Et ils en parlèrent dans leur propre langage. Un enfant se souvent que l’alien lui a dit que nous ne devrions pas être autant ‘techknowledged’ [’technoconnaissants’ ( ?)] — pourquoi monter quelque chose comme ça ?

Mack, qui a reçu le prix Pulitzer pour sa biographie de T. E. Lawrence (Lawrence d’Arabie) intitulée A Prince of Our Disorder [Un Prince de Notre Maladie], était un psychiatre hautement respecté. Cependant, lorsqu’il a commencé à faire des recherches sur les abductions aliens, ses collègues le regardèrent d’un air suspect. En 1994, lorsque son livre Abduction a paru, un comité a été réuni pour rendre compte des recherches et enquêtes cliniques de Mack des personnes qui ont partagé leurs rencontres alien avec lui. Selon la BBC, “Ce fut la première fois dans l’histoire d’Harvard qu’un professeur titulaire fut sujet à de telles enquêtes sur son compte.”

Après 14 mois d’enquête, Harvard a publié une annonce établissant que l’administrateur académique avait “réaffirmé la liberté académique du Dr Mack d’étudier ce qu’il souhaite et affirmer ses opinions sans empêchement”.

En 2004, Mack a été tué par un conducteur ivre lorsqu’il était en visite à Londres pour faire une lecture à une conférence sur T. E. Laurence.

Mack était vigilant dans son interprétation du phénomène d’abduction. A un interviewer qui a dit que Mack semblait “enclin à donner à ces rapports d’[abduction] une valeur nominale”, Mack a répondu en disant : “Je ne dirais pas une valeur nominale [face value]. Je les prends sérieusement. Je n’ai aucun moyen de les expliquer.”

Dans une interview de la BBC il a dit : “Je ne dirais jamais, oui, il y a des aliens qui enlèvent les gens. Je dirais qu’il y a un phénomène puissant ici que je ne peux expliquer en aucune autre manière. Bien que je puisse pas savoir ce que c’est, il semble que cela invite à une enquête plus profonde.”

Commentaire : « Mack devient encore plus controversé au début des années 1990s, après avoir rencontré Budd Hopkins un été à Cape Cod. Il entâme une étude de plus de 10 ans sur 200 hommes et femmes déclarant que des expériences de rencontre extraterrestre ont affecté leur vision du monde, accroissant notamment leur sens de la spiritualité et leur préoccupation de l’environment. L’intérêt de Mack pour les aspects spirituels ou transformationnels des rencontres extraterrestres des gens, ainsi que sa suggestion que l’experience d’un contact extraterrestre puisse être de nature plus spirituel que physique — bien que néanmoins réelle — le placent à part de nombre de ses contemporains comme Budd Hopkins, qui défend la réalité physique des extraterrestres ». (source)

Il n’est pas le seul à être tombé dans le piège de désinformation E.T., relayés par les multiples channels et agents du COINTELPRO. Sa présence à Harvard et sa position sociale en ont fait un agent parfait pour les forces qui prétendent se préoccuper de notre environnement et ainsi détourner l’attention de leur vraie présence sur Terre. Aujourd’hui, ces mêmes force se trouvent derrière la mode de l’environnementalisme. Elles n’ont d’ailleurs aucun mal à distiller leurs ’messages’ empoisonnées car quasiment personne ne souhaite voir la réalité en face.

Nickerson se considère à même d’enquêter davantage après avoir été eu une commission de l’Institut John E. Mack, avec le producteur Dominique Callimanopulos, pour faire un documentaire intégrant la vidéo d’interview de 1994 avec de nouveaux documents filmés actuellement.

Je veux présenter l’histoire objectivement,” a dit Nickerson. “Pour montrer le matériel originel. C’est ce qui m’a d’abord intéressé dans ce cas. Ces enfants décrivent tous avoir vu la même chose. Vous pouvez dire qu’ils ne mentent pas. En regardant ces vidéos j’ai pensé : je dois aller à cet endroit, parler aux gens, je dois enquêter pour moi-même. Est-ce que c’est vraiment arrivé ?

Le sujet doit être approché aussi scientifiquement que possible,” a-t-il dit. “Il y a des questions que nous devons poser. C’est comme de présenter les éléments de preuves à un tribunal.”

(…)

Au début du projet, Nickerson a contacté les personnes qui faisaient partie des 62 enfants qui ont été témoin de l’observation. “Il y a beaucoup d’étudiants au Canada, aux Etats-Unis, Nouvelle-Zélande et Angleterre.”

Les retrouver n’a pas été si difficile. “Ils nous contactent à cause de ce que nous avons mis sur le site de l’Institut John E. Mack. Ce qui est intéressant est que leurs histoires restent les mêmes qu’en 1994.

Ils étaient profondément touchés,” a dit Nickerson. “A ce moment une fille a reçu l’ordre de ses parents de ne pas en parler, de dire qu’elle avait tout inventé. Mais ensuite elle a trouvé des histoires d’autres personnes sur Internet. Elle les a contacté et a réalisé ‘Oh mon Dieu, c’était réel’.

D’autres que j’ai rencontré n’ont jamais eu aucun doute. Ils ont dit que l’expérience les a ouvert à d’autres horizons.”

Nickerson cite deux étudiants qui étudient maintenant aux USA. “Leur père leur a dit qu’ils n’auraient jamais fait ça, mais qu’après leur expérience les enfants étaient totalement changés, ce qui les a convaincu que quelque chose s’était réellement passé.”

Commentaire : Rencontrer des Gris ouvre au monde et transforme l’être spirituellement… blablabla… Il y a du Whitley dans l’air.

Nickerson s’est d’abord arrêté à l’Ecole Ariel en allant au Sud de l’Afrique. “J’ai interviewé les professeurs et ouvriers qui étaient là à ce moment.” Il a aussi rencontré des gens de deux différentes écoles dans la région qui avaient eu des observations similaires le même jour.

Nickerson est maintenant en Afrique du Sud pour tenter de retrouver les témoins qui étaient là ce jour là. Il y a donné deux interviews radio.

• Si vous avez été témoin de l’observation de l’Ecole Ariel ou si vous avez des informations à ce sujet, vous pouvez contacter Randall Nickerson au +33082154731 ou le producteur Dominique Callimanopulos à dominique@elevatedestinations. com Allez voir leur site : www.johnemackinstitute.org

(source)

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Bonne lecture.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page